Projet d’établissement

Le collège Lachenal est localisé à Saint Laurent de Mure dans l’aire péri-urbaine de Lyon, à l’extrémité Sud-Est du département du Rhône. La commune n’est pas desservie par les Transports en Commun Lyonnais, ce qui ne favorise pas le déplacement de nos élèves sur les lieux de culture ou d’autres établissements scolaires par exemple. Il est globalement bien entretenu et correctement équipé. Il faudrait cependant réaménager le pôle scientifique et technologique pour le rendre plus fonctionnel.


Le secteur de recrutement comprend les communes de Saint Laurent de Mure (environ 35 % des élèves), Saint Bonnet de Mure (environ 45 % des élèves), Colombier Saugnieu (environ 16% des élèves).

En 2013-2014, l’établissement accueille 718 élèves répartis sur 26 divisions. L’effectif ne présente pas de variation significative depuis trois ans (709 en 2011-2012 ; 722 en 2012-2013). On peut noter que les élèves étrangers sont peu nombreux (moins de 1 % de l’effectif), qu’environ 20 % des élèves empruntent les transports scolaires et que le pourcentage de boursiers est faible (moins de 7%). Enfin, il est important de souligner le grand nombre d’inscrits à la demi-pension (88 % de l’effectif en 2013-2014), ce nombre étant en progression depuis 3 ans.

L’examen de divers tableaux permet de mieux connaître nos élèves 

  • Caractéristiques des élèves (CSP)

2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014
Cadres sup. et enseignants 28,2 % 28% 26,1% 23,4% 24%
Cadres moyens

 

17,7% 19% 19,7% 20,4% 19,4%
Employés, artisans, commerçants, agriculteurs 27,1% 26 ,3% 28,9% 29,9% 30,5%
Ouvriers et inactifs

 

26 ,3% 25,7% 24,1% 24,9% 25,2%

S’il est vrai qu’une majorité d’élèves sont issus de milieux favorisés ou moyens, on remarque une diminution des CSP les plus favorisées au profit des CSP moyennes. Le constat sur le terrain fait lors du précédent état des lieux se vérifie : certaines familles assez aisées sont souvent très investies professionnellement et le suivi des enfants en pâtit. Par ailleurs, ces mêmes jeunes sont très protégés.

  • Caractéristiques des élèves de 6ème

2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014
Retard à l’entrée en 6e 13,10% (13,5) 11,2% (12,7) 15,8% (11,8) 8,5% (11,1) 11,2% (10,8)

Entre parenthèses est précisée la donnée académique

Résultats 1er trimestre 2013-2014 élèves 6ème

Moyenne générale maths français
Entre 0 et 8 0% 4,1% (6,87) 6,2% (6,86)
Entre 8 et 10 0,5% (9,87) 5,6% (8,82) 13,8% (9,14)
Entre 10 et 12 14,9% (11,31) 6,7% (10,93) 15,9% (11,04)
Entre 12 et 15 35,4% (13,69) 27,2% (13,45) 37,4% (13,38)
Entre 15 et 20 47,2% (16,24) 54,4% (17,12) 24,6% (16,20)

Entre parenthèses apparaît la moyenne de chaque tranche

Les élèves ont majoritairement à l’arrivée en 6ème un niveau convenable. Cela nous est indiqué par les enseignants du 1er degré lors de nos réunions dans le cadre de la liaison CM2-6ème et est confirmé par les premiers résultats (voir tableau ci-dessus). Par contre, les professeurs constatent que les élèves en grande difficulté le sont de façon plus importante et que le risque de décrochage est alors réel. Un nombre significatif de ces enfants auraient dû aller en SEGPA, orientation refusée par les familles.

  • Eléments concernant le DNB

    Taux de réussite au DNB série collège

Session 2009 2010 2011 2012 2013
Lachenal mentions 89%

51,1%

88%

62,6%

87%

51%

95%

70,6%

98%

66,2%

Département (public) 82,7% 87,5% 83,8%
Note moyenne à l’écrit 10,9 9,9 11,3 11,7

Taux de validation du socle

2011 2012 2013
91,2% 96,5% 96,6%

DNB 2013

% admis examen % admis épreuves écrites Moyenne CCF Moyenne épreuves écrites mention
Lachenal 98 % 70,9% 13,8 11,7 66,2
départemental 83,8% 48,9% 12,9 10 52,5

Les résultats du collège sont supérieurs à ceux du département et sont satisfaisants. Il faut cependant préciser que l’existence de la 3ème prépapro les deux dernières années scolaires a eu un impact positif sur les chiffres liés au DNB. Les élèves de 3ème prépapro (18/an) ont passé le DNB série professionnelle et ont obtenu 100% de réussite.

On constate d’autre part que l’écart « admis examen – admis écrit » est plus faible pour le collège Lachenal et les deux moyennes sont supérieures à celles du département. Les notes extrêmes de maths sont 1,5 et 19,5 alors que celles de français sont 5 et 19 ; les résultats en histoire-géographie oscillent entre 4,5 et 19. Ces derniers résultats confirment l’hétérogénéité de nos élèves. Enfin on peut noter que 97,2 % des élèves issus de milieu défavorisé ont réussi le DNB (61,1 % admis aux épreuves écrites) alors qu’au niveau départemental on obtient 72,7 %. Cette donnée  est donc plutôt encourageante.

  • Taux de redoublement avant appel

2013 2012 2011 2010 2009
Classes de 6e 1,7% 3,1% 7,7% 9% 8,6%
Classes de 4e 1,5% 1,7% 7,8% 1,8% 7,9%
Classes de 3e générale 1,3% 3,6% 3,1% 0,5% 8%

L’effort fait pour limiter les redoublements a porté ses fruits. Le taux maximum de 5 % fixé dans le contrat d’objectifs a été  respecté. Cette politique a été accompagnée de la mise en place de dispositifs d’aide plus cohérents.

  • Orientation Post-3ème

2013 2012 2011 2010 2009
2de G et T 79% 78,4% 56,6% 60,1% 62,8%
2de Prof. 16% 12,9% 25,2% 21,2% 17%
1ère année de CAP 3,8% 5% 15,1% (dont 2/3 en alt) 18,1% 11,7%
  • Post 3ème Prépapro

2013 2012
2de prof. 73,7% 65%
1ère année de CAP 26,3% 20%

Globalement 30% environ de ces orientations se font dans le cadre de l’alternance

Le taux de passage en 2de G et T est en augmentation. En effet même si on ramène les calculs à la totalité des 3ème, on obtient pour 2012 68% et pour 2013 70,6%.

Quant aux élèves se dirigeant vers la voie professionnelle, ils le font par choix et avec le soutien de leurs familles. Même si la notion de réussite par l’école reste pour ces jeunes et familles peu claire, on remarque que davantage d’élèves évoquent une poursuite d’études après le Bac Professionnel. La difficulté pour ces jeunes est de répondre toute l’année aux exigences de la classe de 3ème en fournissant notamment un travail personnel approfondi et régulier.

  • Devenir des anciens élèves de 3ème

→ en fin de 2de  G et T

2010 2011 2012
1ère générale 51,7% 64,3% 66,7%
1ère tech. 33% 20,5% 23,7%
réorientation 1,7 (2,4 acad) 1,8 (2,2 acad) 1,1 (2,3 acad)
redoublement 8,5 (12,7 acad) 8 ,9 (11,9 acad) 7,5 (10,6 acad)
autres 5,1 4,5 1,1

Nos anciens élèves réussissent correctement en 2de G et T alors que globalement leur nombre augmente. La liaison 3ème – 2de mise en place avec le lycée J.P Sartre a participé certainement à l’obtention de ce résultat intéressant.

→ en fin de 2de Professionnelle

2010 2011 2012
Passage classe sup. 75 ,8% (78,9% acad) 88% (80,5% acad) 93,1% (85,8% acad)

→ en fin de 1ère année de CAP

2011 2012
2de année de CAP 77,8% (71% acad) 100% (74,2% acad)

Dans les lycées professionnels, les taux de passage sont aussi très corrects. Le travail rigoureux des équipes pour accompagner chaque élève de 3ème voire de 4ème dans la construction de son projet d’orientation a certainement un impact positif sur la poursuite d’études.


Quelques éléments chiffrés permettent d’avoir une vision du profil des professeurs de l’établissement qui sont plutôt expérimentés et stables.

2011-2012

  • 47 enseignants (86 % de certifiés – 71,7 % de femmes – 8,7 % de travail à temps partiel)
  • Age moyen 47,2 ans – 56,5 % ont entre 35 et 50 ans et 34,8 % plus de 50 ans.
  • Ancienneté moyenne dans le poste 11,1 ans (6,9 acad) avec 65,2 % qui sont au collège depuis plus de 8 ans.

Il est à préciser que dans les prochaines années, il y aura un renouvellement (déjà entamé) des enseignants, conséquence des départs à la retraite.

Concernant les moyens, le collège étant considéré comme socialement favorisé, la DHG est contrainte surtout depuis deux ans, ce qui a nécessité de faire des choix notamment en limitant le nombre de groupes en sciences et technologie. L’effectif moyen par classe est plus élevé dans l’établissement (27,3 – 27,8 – 27,6 les trois dernières années scolaires) que celui de l’académie qui est d’environ 25.


L’offre pédagogique du collège est riche et les actions d’aide et d’ouverture culturelle, même s’il convient de les améliorer, sont variées. On enregistre de nombreuses demandes pour accéder aux options (bilangue, euro, musique) et derrière ces choix apparaît une recherche d’excellence des élèves et familles. Alors que les professeurs déplorent le manque d’investissement dans les apprentissages d’un nombre non négligeable d’élèves, ce constat confirme l’hétérogénéité des attentes face à l’école du public accueilli.


Au niveau de la vie scolaire, même si les taux globaux concernant la ponctualité et l’assiduité (3,3% d’absences) ne sont pas inquiétants, on constate qu’une quinzaine d’élèves cumulent retards répétés et absences perlées. Les familles sont systématiquement alertées et rencontrées.

Par rapport aux punitions et sanctions, les données restent raisonnables malgré une légère augmentation en 2012-2013 (7 punitions et 0,35 sanctions/élève/an). Il est à souligner qu’en 2012-2013 nous avons dû faire face à une détérioration des comportements face aux adultes notamment aux assistants d’éducation. De plus, depuis trois ans les moqueries, insultes entre élèves sont plus fréquentes. Enfin, une petite minorité d’élèves, souvent peu cadrés en famille, ont vraiment beaucoup de mal à respecter les règles. Les exclusions temporaires de l’établissement ont donc augmenté et ceci malgré les mesures prises au préalable, les réticences de l’équipe de direction face à ce type de sanction.

Quant aux réunions de la Commission de Vie Educative, leur nombre reste limité (de 5 à 10 les trois dernières années) car elles sont réservées aux cas les plus difficiles. Si on note un impact positif (prise de conscience des parents, amélioration du comportement), les retombées ne sont pas assez significatives dans la scolarité de ces jeunes.

Enfin les conseils de discipline restent rares (2 maximum/an) et l’éventualité d’un sursis est très souvent examiné.

A partir de cet état des lieux qui permet de pointer les points forts et ceux à améliorer de l’établissement mais aussi des priorités définies par le projet académique, quatre axes de travail ont été fixés puis déclinés en actions.

AXE 1

FAVORISER L’INVESTISSEMENT DES ELEVES DANS LEUR TRAVAIL

  • Assurer un meilleur suivi des élèves

1 – L’assurer, de préférence, en interdisciplinarité

  • Importance du rôle du professeur en tant que collecteur d’informations, relais au sein de l’équipe pédagogique et personne-ressource.
  • Organisation de réunions d’équipe quand le cas d’un élève ou d’une classe doit être étudié.

2 – Communiquer et collaborer avec les parents

  • Poursuite des Assemblées de parents à la rentrée, moments d’information, de prise de contact et initiation d’un partenariat
  • Remise de bulletins scolaires à la fin du 1er et 2ème trimestre pour les élèves ciblés et pour les familles qui le souhaitent. Si nécessaire une convocation officielle est envoyée.
  • Utilisation du site du collège pour relayer les informations générales.
  • Sensibilisation des parents au rôle du carnet de correspondance.

→ incitation des parents à consulter et signer régulièrement les messages,

→ vérification du carnet par les professeurs principaux.

  • Encouragement à l’utilisation du logiciel Pronotes pour que les familles puissent suivre pas à pas la scolarité de leurs enfants (résultats, punitions, sanctions, bilan d’assiduité, travail personnel)
  • Informations et conseils concernant le travail personnel de l’élève
  • Planifications de réunions entre l’équipe de direction et les fédérations de parents d’élèves afin d’échanger sur la vie du collège.

 

  • Favoriser la scolarité des élèves en difficultés ou porteurs de différences

    a) En terme de contractualisation

  • Signature et suivi de Contrat d’Aménagement à la scolarité (élèves dys – troubles de l’attention)
  • Mise en œuvre de Programmes Accompagnement Personnalisé, notamment en 6ème pour les élèves en très grande difficulté

b) En terme d’actions pour répondre à des difficultés scolaires

  • Poursuite des actions d’aide liées au dispositif d’Accompagnement Educatif

→ aide au travail personnel

→ tutorat (méthodologie, remotivation pour éviter le décrochage scolaire)

→ approfondissement du volet « connaissance de soi » du Module d’Aide à l’orientation

  • Mise en place d’un soutien disciplinaire ciblé en mathématique ou en français aux niveaux 5ème et 4ème
  • Mise en œuvre d’un dispositif pour des élèves fragiles de 3ème se destinant à la voie professionnelle : consolidation de bases, remotivation, préparation du projet d’orientation s’appuyant sur des stages en entreprise et des visites de lieux de formation
  • Aides disciplinaires selon les besoins en utilisant des approches innovantes (soutien à priori par exemple)
  • Poursuite voire enrichissement de l’accompagnement personnalisé 6ème

→ volet aide disciplinaire

→ volet « consolidation des apprentissages » pour les élèves n’ayant pas acquis le palier 2 du socle

 

           c) En terme d’action pour répondre à des difficultés comportementale

  • Prise en charge individualisée des quelques élèves enfreignant gravement la règle afin d’éviter la comparution devant le conseil de discipline (travail sur le métier d’élève, aménagements d’emploi du temps, organisation de stages en entreprise)

    d) En terme de suivi

  • Organisation régulière d’un Comité de Suivi réunissant l’Equipe de Direction, la Conseillère Principale d’Education, l’Infirmière ou (et) le Médecin Scolaire, la Conseillère d’Orientation Psychologue, l’Assistante Sociale. Lors de ces réunions, le cas des élèves rencontrant des problèmes sociaux, médicaux ou scolaires graves est évoqué et des pistes de remédiation à l’interne comme à l’externe sont recherchées. Les professeurs principaux signalent les cas d’élèves qu’ils jugent opportun
  • Mise en place d’un groupe de Prévention du Décrochage scolaire. Cette instance pilotée par le référent « décrochage scolaire » repère les élèves concernés ceci à partir d’un outil comportant des indicateurs et est force de proposition en terme d’actions à mettre en place

    e) En terme de partenariat

  • Poursuite du partenariat avec la Maison Pour Tous afin que nos actions soient complémentaires et qu’il y ait échanges d’informations. Il est envisagé de réfléchir avec la structure à une forme « d’atelier-relais » pour les élèves décrocheurs.
  • Poursuite de la liaison école-collège afin d’être réactif face aux difficultés importantes des élèves dès la rentrée en 6ème. Il s’agit de rechercher les outils les plus pertinents pour échanger les informations

 

  • Amener les élèves à mieux gérer leur scolarité 

1 – Mise en place des devoirs programmés pour les élèves de 3ème. Ces devoirs porteront systématiquement sur l’ensemble du programme de 3ème déjà étudié. Ils concerneront les matières figurant aux épreuves ponctuelles du D.N.B.

2 – Planification des devoirs surveillés en 5ème (mathématique, français ou autres) sur un programme de révision donné.

3 – Mise en évidence de l’importance du travail personnel comme vecteur de réussite par un accompagnement spécifique :

  • Sensibilisation des familles et élèves (auto-évaluation en 4ème – 3ème )
  • Dans le cadre de la liaison CM2 – 6ème élaboration d’outils communs « Comment apprendre une leçon »
  • Aide méthodologique pour tous les élèves de 6ème au début de l’année (utilisation de l’agenda, préparation du matériel, élaboration du planning). Cette action peut être reconduite pour un petit groupe d’élèves d’un autre niveau en cas de besoin
  • Des méthodes spécifiques peuvent être mises en place pour l’apprentissage des leçons (travail en binôme – essais successifs)
  • Utilisation du cahier de texte électronique

4 – Dans le cadre de divers accompagnements selon le niveau, analyse de ses résultats par l’élève pour qu’il puisse prendre conscience de ses points forts et faibles. Ainsi, il pourra, guidé par un adulte, mettre en place des stratégies pour progresser.

5 – Travail d’été pour les élèves de 4ème afin d’éviter la rupture des vacances.

6 – Initiation aux savoirs documentaires, à la maîtrise de l’information et aux outils informatiques de communication pour tous les élèves de 6ème dans le cadre du C.D.I., ce travail étant développé ponctuellement pour les autres niveaux.

 

  • Améliorer le climat scolaire

Pour favoriser les apprentissages il doit régner dans l’établissement un climat serein.

1 – Sensibilisation des élèves lors de l’accueil en septembre (respect des différences, règles de vie, lutte contre le harcèlement)

2 – Vigilance des équipes face à toute dérive. Le service « Vie Scolaire » est évidemment largement impliqué.

3 – Rôle prépondérant du professeur principal pour apprécier le fonctionnement du groupe-classe et pour initier des moments de réflexion collective en lien avec l’équipe de direction.

4 – Prise en charge inter catégorielle (enseignants, infirmière, médecin, assistante sociale) quand un élève semble mal intégré.

Axe 2

FAVORISER L’EDUCATION A LA SANTE ET A LA CITOYENNETE AVEC COMME PRIORITES LE TRAVAIL LIE AU RESPECT DES DIFFERENCES ET LA MISE EN ŒUVRE D’UNE DYNAMIQUE « DE DEVELOPPEMENT DURABLE »

Former des citoyens responsables capables de prendre soin d’eux-mêmes et des autres, de vivre en société est une des missions de l’école.

De plus, au quotidien on constate que certains élèves se mettent en danger (consommation de tabac, d’alcool ; non-respect du code de la route ; utilisation inappropriée d’internet…) et que la vigilance est de mise en ce qui concerne le climat scolaire. Il est donc évident qu’il faut élaborer un programme d’actions cohérent et complet dans le domaine de l’éducation à la santé et à la citoyenneté.

Aussi il s’agit de proposer aux élèves des actions d’information, de sensibilisation et de prévention mais aussi de mise en situation étant évident que toute action relève de plusieurs champs. Cela se fait en lien avec l’enseignement des disciplines notamment la SVT, l’éducation civique et l’EPS mais aussi en interdisciplinarité. Le Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté a un rôle prépondérant de pilotage. Il est aussi important d’y associer divers intervenants comme la BPDJ, les polices municipales, des associations et organismes (la Souris Verte, le Secours Populaire, l’ANATEEP…), des professionnels (diététicien, technicien centre de déchets, Planning Familial…)

  • Sensibilisation et prévention

 

  • prévention des addictions et conduites à risque

– Usage des produits toxiques, d’alcool et de tabac (4ème – 3ème)

– Dangers d’internet et des technologies de communication (6ème)

Il est utile d’aborder de nouveau le sujet en 4ème – 3ème et notamment d’expliciter les dangers liés à l’utilisation des réseaux sociaux

La BPDJ est un partenaire privilégié pour ces actions

  • éducation à la sécurité routière (prévention des mises en danger)

→ dans les transports (6ème)

→ en tant que piéton (5ème)

→ en tant qu’usager « 2  roues » (4ème – 3ème)

La police Municipale intervient dans l’établissement

  • éducation à la sexualité (4ème) (Prévention des comportements inadéquats pouvant mener à une altération de la santé par exemple)

Le jeu interactif « Calin-Malin » est utilisé et la conduite de l’action se fait par les enseignants de SVT et l’infirmière scolaire

  • éducation à une alimentation saine et équilibrée (Prévention de l’obésité et des conduites déviantes)

Il s’agit de varier les approches : utilisation de jeux interactifs, participation à un petit déjeuner (6ème), préparation de menus

  • éducation au respect des différences (Prévention des incivilités, des violences et lutte contre le harcèlement).

Cet aspect est travaillé dès l’accueil des élèves en septembre. Des séances ponctuelles sont organisées à tous niveaux à partir de supports variés (films, lectures, expositions, interventions d’associations) mais aussi le thème est abordé selon l’actualité des groupes-classes (incident → réflexion commune).

  • Education et sensibilisation

 

  • Respect de l’environnement et développement durable

→  Informations avec éventuelles interventions (EDF-3ème)

→ Participation au nettoyage de printemps en 6ème avec visites de centres de traitement des déchets

→  Mise en œuvre d’un atelier « jardin »

L’objectif de ce volet est l’obtention de la labellisation 3ED pour l’établissement

  • Respect des locaux

→  Débats à tous niveaux sur le thème et en fonction des besoins menant à l’élaboration d’une charte

  • Formation

 

  • Formation aux 1ers secours pour les élèves de 3ème volontaires
  • Formation des délégués – élèves.

Les délégués – élèves sont initiés aux tâches qui leur incombent et accompagnés par la CPE

  • Actions menant à l’implication des élèves

→ Encouragement des prises de responsabilités (participation à l’organisation d’évènements, tâches d’arbitrage…)

→    Participation à des actions de solidarité ou d’entraide

  • globales comme la collecte de la banque alimentaire ou celle ciblées en faveur des élèves vietnamiens (partenariat avec le Secours Populaire)
  • limitées à l’établissement comme les dispositifs d’aide entre élèves

AXE  3  – FAVORISER  L’OUVERTURE  CULTURELLE

ACTIONS  ENVISAGEES MISES EN ŒUVRE
·       Maîtrise des  langages : lecture, littérature, écriture, théâtre, musique et image · Dominante théâtrale : partenariat avec le centre culturel Théo Argence, atelier Théâtre avec  spectacle en fin d’année, partenariat TNG à Lyon

· Dominante musicale : chorale regroupant 230 élèves avec concert annuel en juin, concert instrumental en février et section musique (6° à 3°)

· Dominante Arts plastiques : épreuve orale DNB et atelier Théâtre et Marionnettes (fabrication des marionnettes)

· Dominante littérature : partenariat avec la médiathèque intercommunale : rencontre avec auteurs, spectacle contes, défi lecture (niveau 6°), participation au Printemps des poètes (niveau 4°), Concours « Défi mots » (niveau 6°), Collège au cinéma, option latin : information donnée aux classes de 6° en fin de 2° trimestre.

· Dominante historique : sorties en lien avec les programmes d’histoire : Saint Romain en Gal en 6°, voyage à Verdun ou dans le Vercors au niveau 3°, Musée Gadagne, Le Creusot au niveau 4° et Guédelon au niveau 5°.

·       Promotion de  la culture scientifique et technique ·       Culture scientifique : visite d’une  ferme pédagogique en 6°, projet d’éducation au DD avec la mairie de Saint Laurent de Mure et des classes de CM2, participation au rallye de mathématiques en 3°, le Planétarium au collège, Initiation aux sciences physiques en 6°, géologie : visite du site de Larina, maths à Lyon (avec l’université), atelier astronomie (niveau 5°).

·       Culture technique : concours Cybermobil en 3°, création d’une entreprise, visite des ponts de Lyon

·       Découverte d’autres cultures et enrichissement linguitique ·       Section Euro anglais : voyage en Angleterre pour les classes 4° et 3°euro au 1er trimestre (tous les 2 ans), présence d’une assistante, sortie théâtre.

·       Voyage en Angleterre/ Espagne ou Italie pour deux classes de 4° au 3ème trimestre (tous les ans)

·       Echange avec l’Allemagne à Hungen  classe euro 4°

·       Promotion de la pluridisciplinarité (DNL): cours de SVT en anglais niveau 4° et physique en allemand niveau 3e

·       Au niveau international : actions de solidarité envers des pays en voie de développement (Vietnam)

·       Concours « Big Challenge »

AXE  4 : FAVORISER  LA  CONSTRUCTION  POUR  CHAQUE  ELEVE, D’UNE  ORIENTATION  POSITIVE

·     au niveau 5° : découverte des métiers

 

 

·       PDMF : mise en place, création d’un fichier orientation par élève sous forme numérique

·       Informer et encourager les élèves à utiliser le kiosque ONISEP au CDI

·     au niveau 4° : découverte des voies de formation en lien avec les métiers

 

 

 

·       Intervention de la COP dans les classes + entretiens individuels à la demande

·       Tutorat avec stage en entreprises possible pour les élèves et visite du Mondial des Métiers.

·       PDMF : suite è but : développer la connaissance de soi

·       Proposition d’orientation en 3° prépa pro ou alternance pour quelques élèves ou en DP3 ou DPA  au sein de l’établissement (ces élèves pourront suivre 3 semaines de stages) ou MFR.

·       Utilisation du kiosque ONISEP (à valoriser auprès des élèves) et des logiciels au CDI

·     au niveau 3° : accompagnement des élèves de 3° vers la seconde

·       Réunion à l’intention des parents en début d’année : évocation de l’orientation

·       Travail de l’orientation par le PP en heure de vie de classe (prévue à l’EDT)

·       Intervention de la COP + entretiens individuels

·       Intervention d’anciens élèves dans les classes de 3°

·       Stage en entreprises + présentation individuelle à l’oral du rapport de stage

·       Orientation concertée : entretien individuel avec l’élève, la famille, le professeur principal, la COP et le chef d’établissement fin janvier, début février.

·       Module d’Aide à l’Orientation pour les élèves devant approfondir la démarche de préparation du projet

·       Visite de lycées professionnels ou CFA par les élèves de DP3 et DPA

·       Actions liaison Collège/ lycée et collège/ LP

·       Mini-stages en LP à la demande

·       Participation aux portes ouvertes pour les élèves et les familles